La pratique des sports nautiques est à l’aube de grands changements. Souvent pointés du doigt pour les désagréments qu’ils peuvent causer comme les nuisances sonores ou la pollution, les jet-skis ont entamé, depuis plusieurs années, leur révolution.

Afin d’être plus en accord avec la nature dans laquelle ils pratiquent leur discipline favorite, les amateurs de motonautisme travaillent sur des alternatives électriques. Des moteurs moins bruyants, moins de rejets, mais des performances équivalentes pour les amoureux de vitesse, voilà ce que proposent plusieurs sociétés.

Electrojet, le jet-ski de série de Narke

Il y a deux ans, les hongrois de Narke lançaient le premier jet-ski électrique de série. En plus de son look futuriste saisissant, cette machine peut monter jusqu’à 75 km/h grâce à son moteur asynchrone triphasé de 45 kilowatts selon la présentation de ses caractéristiques sur le site de la marque. Jet-ski léger (350 kilos), il peut transporter jusqu’à trois personnes grâce à ses grandes mensurations. Malgré sa taille, il reste maniable fiable et peu coûteux en entretien. Ce « jouet » haut de gamme dispose d’une autonomie de deux heures et d’un temps de recharge d’une heure et demie.

ORCA, le prototype de Taiga Motors

Spécialisée dans les véhicules électriques de loisir, la firme québécoise Taiga Motors a élaboré un jet-ski plus classique, de par son look et ses dimensions, que sa concurrente hongroise. En revanche les performances sont largement à l’avantage d’ORCA qui peut atteindre les 104 km/h dans sa configuration « performance » grâce à ses 180ch. Dans son édition « Sport » le jet-ski dispose d’une vitesse de pointe de 90km/h. Grâce à son habillage en fibre de carbone, il ne pèse que 242 kilos lui offrant un excellent rapport poids/puissance. Les pré-commandes sont ouvertes sur le site internet de Taigamotors avec un déposit de 100 $, pour une livraison courant 2021.

 

Le mystère plane autour de Nikola Wav

Malgré une année 2020 particulière, les américains de Nikola Motor, spécialisés dans les camions à hydrogène, ont présenté au printemps dernier leur WAV (Water Adventur Vehicle). Ce jet-ski aux lignes élégantes et futuristes n’a pas encore révélé tous ses secrets même si certaines caractéristiques comme le régulateur de vitesse et un écran 4K étanche certifié IP68 ont été dévoilées. En revanche côté performance, aucune donnée n’a été communiquée et ce, malgré le fait que ce jet-ski haut de gamme soit en précommande.

BRP mise sur l’électrique

Les canadiens de BRP, spécialisés dans l’innovation de véhicules depuis 78 ans, ont présenté, l’année dernière, des concepts pour l’ensemble de leur gamme de véhicules dont celle concernant les déplacements sur l’eau. Le Sea-Doo, modèle déjà emblématique de la marque, va connaitre une petite révolution grâce à l’arrivée de son homologue électrique. Un choix fort fait depuis plusieurs années. L’entreprise québécoise a anticipé un virage pris par de nombreux constructeurs afin de se placer sur un marché d’avenir, pour preuve BRP recrute 15 ingénieurs pour son département Véhicule Electrique.

Arcajet : Le jet-ski électrique à la française

En France, les amoureux de motonautisme se penchent également sur l’alternative électrique.

Sur le Bassin d’Arcachon, la société Arcajet est engagée en faveur d’une pratique du jet ski plus responsable.

Arcajet est pionnière de la contribution carbone, pour sa filière, avec la mise en place d’une politique 1 rando effectuée égale un arbre planté, grâce au Fonds de Dotation « Plantons pour l’avenir ».

Avec ses partenaires, dont l’organisation MoniteurJet.com , elle ambitionne de construire son propre jetski électrique, dédié aux moniteurs ainsi qu’aux baptêmes, dans un premier temps.

Le Bassin d’Arcachon se prête idéalement au projet : une vitesse limitée à 20 nœuds, départ ponton, zone de recharge à proximité.

La société AQUAJETFRANCE, forte de plusieurs années d’expérience dans la production de jetski électriques pour enfants, s’est associée à ce projet novateur ainsi que le concessionnaire Gauthier SP33 Seadoo qui apportera son expertise technique afin que le prototype navigue au début de la saison 2021.